2659977016_c8d3fa0bf7_k_edited.jpg

Vendredi 8 janvier 2021

William : notre local fixer en Equateur

Tout d’abord, peux-tu te présenter en quelques mots ?

Aventurier avant tout, curieux, j’ai changé plusieurs fois de milieu culturel, de métier et d’environnement. Ingénieur de formation, j’ai fait des incursions dans le monde des entreprises de haute technologie et dans l’art contemporain. Je me suis intéressé aux problématiques environnementales et culturelles en créant une fondation de soutien aux peuples amazoniens. Je suis enfin entré dans le secteur du tourisme en gérant une agence réceptive.

 

A titre plus anecdotique, je gère également un marché de produits bio et commercialise des huiles essentielles.

 

Aujourd’hui, je suis en reconversion suite à l’impact du Covid dans le tourisme et je propose mes services comme consultant pour accompagner les entreprises dans le changement en intégrant des préoccupations de type Responsabilité Sociétale des Entreprises.

Pour quelles raisons as-tu décidé de t’expatrier en Equateur ? 

Mon choix fut l’Amérique Latine avant tout, et l’Équateur par opportunité car mon entreprise me proposait de diriger un gros contrat dans ce pays.

 

Et je ne regrette pas ! L’Équateur est l’un des pays les plus riches en biodiversité au monde. Je dis souvent qu’en faisant une ballade en Amazonie d’une heure, on croise plus de faune et de flore que dans toute l’Europe !

 

Autrement dit, c’est un paradis pour qui veut s’inspirer de la nature dans sa vie et dans son entreprise. Les biotechnologies et le biomimétisme ont là un réservoir de ressources inexplorées.

 

L’Équateur est un petit pays (la moitié de la France) qui bénéficie de 4 grands écosystèmes (Amazonie, Andes, Côte Pacifique et Galapagos) accessibles en peu de temps. Et d’une surprenante diversité culturelle avec 14 nationalités indigènes.

 

C’est donc une excellente base pour travailler sur place ou à distance.

Qu’est-ce qui t’a le plus surpris la première fois que tu es allé en Équateur?

Le mélange de modernité et de traditions. Un patrimoine historique intangible incroyable, lié aux cosmovisions des populations autochtones. Et tout cela baigné dans mon imaginaire lié aux Incas. Et le centre historique de Quito est juste magnifique !

Quelles sont les principales différences avec la France?

Bien des choses, sachant toutefois qu’en Équateur se côtoient une société moderne, calquée sur l’Occident, et des groupes aux traditions encore très présentes. Ce sont surtout ces derniers qui forment ce contraste avec la France : leur conception holistique du monde, leur façon de comprendre la santé au sens large, leur relation avec l’environnement (sans l’idéaliser), mais aussi leur notion du temps, de l’engagement et de l’amitié.

Est-il facile de s’intégrer?

En un sens oui, du fait de la proximité de la langue et d’un mode de vie assez proche du nôtre en Europe. Et pas si facile au regard de leur conception de l’amitié, sans doute et sans jugement, plus superficielle et intéressée. Mais les équatoriens sont des gens pacifiques ce qui rend les relations plus paisibles.

Un point négatif concernant la vie à Quito? Quelles sont les difficultés pour y faire du business/s’expatrier?

Comme certains le disent, il y a tout à faire. Mais si c’est le cas, il y a sans doute des raisons à ce que cela ne soit pas fait. Le pays ne dispose pas d’un tissu industriel très développé ce qui rend plus difficile la possibilité de développer des activités à haute valeur ajoutée.

C’est un excellent pays pour les matières premières (le meilleur cacao au monde, des roses réputées internationalement, et bien d’autres ressources encore méconnues en Europe et qui commencent à rentrer sur certains marchés). Mais l’idiosyncrasie peut représenter un obstacle dans beaucoup de cas : une méfiance très forte, un relationnel qui prime bien plus que les compétences, un niveau d’éducation assez bas. Une administration gouvernementale souvent médiocre et une économie en dollars américains.

Mais si vous faîtes un lien Équateur-France, vous pouvez bénéficier des avantages de chaque pays.

Qu’est-ce qui caractérise le « made in Ecuador » ?

Peu d’innovation, mais beaucoup d’entrepreneurs. Une qualité relative même si certains produits peuvent rivaliser sur les marchés internationaux. Et surtout des ingrédients très variés car l’Équateur fait partie des grands spots d’origine des aliments que nous consommons.

29043915865_decd0d45b2_k_edited.jpg

Quels endroits conseillerais-tu de visiter ?

Il y en a tellement… à commencer par ma région de cœur : l’Amazonie et en particulier le parc national du Yasuni, l’endroit réputé être de plus grande biodiversité au monde. Cela ressemble à l’idée du premier monde intouché, avec la possibilité de croiser de nombreux animaux emblématiques en toute sécurité.

 

Ensuite comment ne pas vouloir aller aux Galapagos, l’un des rares endroits au monde où l’on peut approcher de très près les animaux sauvages, qui ignorent notre présence ?

 

Je me souviens d’un touriste qui trimballait avec lui des objectifs ultra puissants et lourds et qui se plaignait car il pouvait approcher beaucoup d’oiseaux à moins de 1 mètre sans qu’ils s’effraient de sa présence et sans qu’il ait à installer son téléobjectif.

 

Et à cette liste on peut ajouter tous les volcans enneigés des Andes, le Cotopaxi ou encore le Chimborazo, avec de magnifiques lacs d’altitude comme le Quilotoa.

 

Et l’avantage : en moins d’une journée, on se rend à l’un ou l’autre de ces lieux !

Que peux-tu apporter en tant que Local Fixer ?

Pour avoir changé de métier plusieurs fois depuis que je suis arrivé en 1998 dans ce pays, j’ai constitué un réseau très varié de contacts qui me permettent de répondre à quasiment tout type de demande, que cela soit de nature touristique ou professionnelle.

 

Je peux également vous guider à Quito, voire dans le pays, pour vous le présenter différemment des guides classiques. Je peux vous faire rencontrer des expatriés, des militants écologiques, des entrepreneurs, des permaculteurs, afin d’alimenter vos projets personnels ou professionnels.

 

Enfin, je peux vous faire partager la vie d’un expatrié, vous former aux spécificités culturelles du pays et vous donner des pistes pour tout type de projet. J’ai notamment travaillé comme fixer pour des émissions comme Des trains pas comme les autres ou pour des documentaires sur Arte.

 

En tant que local fixer, il me tient à cœur tout ce qui contribue à faire prendre conscience aux visiteurs de l’importance de s’impliquer dans les changements nécessaires pour des futurs possibles et joyeux face aux défis qui nous attendent. Je travaille notamment sur un projet d’écovillage 2.0, dont je serai ravi de discuter avec les voyageurs !

Si vous voulez en savoir plus sur l'expérience de William en Equateur, écoutez le podcast réalisé par notre partenaire StereoChic, la radio des Français dans le monde :

StereoChic RadioUn Français dans le Monde
00:00 / 07:24

Vous souhaitez faire appel aux service de nos Local Fixers en Equateur? Contactez-nous pour nous faire part de votre projet, nous sommes là pour vous accompagner

WhatsApp Image 2021-01-04 at 07.20.44.jp
WhatsApp Image 2021-01-04 at 07.20.46.jp
23385995889_db7119e00d_k.jpg

©2020 My Local Fixer

Stylish Woman with Luggage

La première étape :

nous contacter ! 

  • Black LinkedIn Icon
  • Black Facebook Icon